Invest Crowdfund Québec

Pour l'adoption d'Invest Crowdfunding au Québec | For the adoption of Invest Crowdfunding in Quebec

L’événement Technicity: L’Ontario vise l’adoption de l’Equity Crowdfunding. Et le Québec?

Leave a comment

 
Screen Shot 2012-12-03 at 7.35.35 AML’Ontario vise l’adoption de l’Equity CrowdFunding

Le Ministre ontarien du développement économique et de l’innovation, Brad Duguid, était l’invité d’honneur à Technicity, la première conférence sur l’Equity CrowdFunding, en Ontario. Le ministre Duguid a tenu des propos sur les bénéfices attendus de ce mode de financement pour les entrepreneurs et dit qu’une fois que la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario en aura terminé l’examen, le gouvernement provincial envisagerait les moyens pour mettre en place ces changements. La qualité des orateurs, du panel et de l’organisation et plus important, les conclusions que je vais développer plus loin, ont fait de cette matinée l’événement marquant de 2012.

Cet événement était une rare occasion pour moi de retrouver les autres membres d’Invest CrowdFund Canada (ICC) : Dr. Cindy Gordon, Président du CA d’ICC et PDG d’Helix Commerce Intl, Fawn Annan VP pour l’Ontario and PDG de IT World Canada, Andrew Weir VP Communications nationales, Debra Chander VP Marketing national, et Barry Gander,  co-fondateur de i-Canada. Cela fut aussi l’occasion fortuite de rencontrer  Craig Asano, Directeur exécutif de National Crowdfunding Association of Canada, avec qui j’avais échangé des mails les semaines précédentes.

Une salle comble : l’Equity Crowdfunding prend son envol.

L’écosystème Canadien dans son ensemble était présent et l’excitation palpable. Lorsque Darren Westlake, co-fondateur de CrowdCube, la plateforme d’ Equity Crowdfunding Anglaise, prit la parole, nous avions beaucoup d’attentes et n’avons pas été déçus. Darren a passé en revue tout le processus d’un business fondé sur l’Equity Crowdfunding, en fournissant les indicateurs clés et nous a donné une vision de ce qui nous attend sur les sites Equity. Je tweetais en écoutant afin que toutes les provinces puissent tirer parti des leçons apprises, y voir les opportunités et plus important encore, réaliser que nous partageons le même objectif : démocratiser l’investissement pour combler le fossé financier actuel et attiser l’innovation.

Le discours d’ouverture a été suivi d’une table ronde composée d’acteurs influents dans les technologies, la règlementation, le secteur banquier et le capital de risque : PDG d’ING Canada, Peter Aceto, fondateur de Stratus Capital et directeur duToronto Angel Group, Dr. Richard Reiner; fondateur de Social Venture Exchange, Adam Spence et Dr. Cindy Gordon, animatrice de la session. Le mot d’ordre de cette discussion tournait autour des initiatives ontariennes pour requinquer l’innovation et des mesures spécifiques au Canada qui pourraient être mises places telles que des crédits d’impôt pour les entreprises financées par ce mode.

Le point culminant de cette matinée était le dialogue organisé en groupes, modéré par le Président du CA du Exempt Market Dealers Association, Brian Koscak. En somme, chacune des tables se voyait assignée trois questions à débattre en petit groupe et dont les réponses furent présentées en plénière. Notre groupe avait pour questions: les émetteurs d’action devraient-ils être soumis à un seuil de financement annuel ? Les investisseurs devraient-ils être soumis à un minimum et à un maximum d’offre ? Les actions émises devraient-elles être limitées au crowdfunding par actions uniquement ou au financement par actions et prêt ? Cette séance plénière a donné lieu à de discussions animées et des opinions divergentes. Et c’est attendu. C’est d’ailleurs ainsi que le changement vient à s’opérer. La valeur de ces séances ne résident pas tant dans les bonnes réponses mais dans la formulation des bonnes questions qui nous ont été proposées, compte tenu du grand nombre de professionnels intéréssés et engagés.

La motivation principale pour les investisseurs en Equity Crowdfunding? 

Un enseignement que je retiens de cette matinée et que j’ai déjà mis de l’avant dans un billet, est que le equity crowdfunding n’est pas réservé à un groupe sélect mais à tous. Et de le confiner à la sphère financière ou règlementaire serait une erreur. Bien évidemment, ce modèle adresse les enjeux financiers et règlementaires, e.i. combien un investisseur pourra-t-il contribuer ? Combien de fonds une entreprise pourra-t-elle lever ? Il s’intéresse également à la croissance économique d’une région, d’une ville et son taux d’innovation, e.i. l’investissement dans une entreprise pour des raisons autres que financières. Darren met le doigt dessus lorsqu’il dit que

le ROI n’est pas le principal motivateur…c’est  le soutien aux PME.

car plus souvent qu’autrement, vous ne verrez pas de ROI à la façon capital de risque (<5 ans) mais le retour sera votre contribution à l’économie locale et la création d’emplois, en accompagnant les PME de votre région, votre ville, votre quartier. Et comme Darren le mentionne, ces PME finissent pas voir leur valeur augmenter, intéressant par la même occasion d’autres types d’investisseurs. C’est gagnant-gagnant au bout du compte.

Pourquoi accélérer l’adoption du Equity Crowdfunding au Québec?

D’une part, les entreprises en démarrage continuent de quitter le Québec pour des meilleures conditions (financières). Le « love money » ou les moyens propres ne sont PAS à la portée de tous les entrepreneurs. Certains maintiennent leur emploi et montent leur start-up en dehors des heures, ce qui n’est pas sans dommages collatéraux.  Et même ceux qui réussissent avec l’aide de leurs proches, finissent éventuellement par devoir aller chercher plus de financement ailleurs pour accompagner la croissance de leurs activités et de leur base clients. Les anges investisseurs et les capitaux de risque apportent du financement à la mesure de leur fonds. Par conséquent, une “foule” d’entrepreneurs prometteurs sont en mal de fonds et finissent par déserter le navire (50% des PME ont une durée de vie de moins de 5 ans).

Alors je vous demande : comment ne pas envisager l’Equity Crowdfunding? Ne serait-il pas grand temps de le mettre à l’agenda public ? Tout comme en Ontario, le Equity CF devrait devenir l’enjeu de tous : la Première Ministre, le Ministère du développement économique, le Ministère des petites entreprises, les PME, les entreprises en démarrage, les Anges, les VC, les associations d’affaires, les exempt market dealers, les agences réglementaires, les stratèges, les experts en réseaux sociaux, les experts TI, les avocats en valeurs mobilières, le milieu universitaire, les investisseurs individuels, Julie, Marc, M et Mme Tremblay, et les futures générations.

Pouquoi « attendons voir » alors que le marché nous envoie clairement des signaux forts que le Equity Crowdfunding fait ses preuves? Les opposants peuvent rétorquer « bien sûr, ça marche en Australie ou en Angleterre, mais ça n’ira pas ici » ou « c’est un modèle qui fera du tort aux VC » ou « Personne ici ne sait ce qu’est le Equity CF. Attendons. » Je suis partisane du dialogue entre les parties-prenantes et j’estime qu’au lieu de spéculer entre nous, nous devrions créer une arène publique ouverte. Notre blog est l’une de ces arènes qui accueille vos questions, vos préoccupations, vos suggestions. Mon intervention lundi dernier à Crowdfund Night, en est une autre et les participants avaient vraisemblablement réfléchi à ce modèle si je me fie aux questions qui m’étaient posées. Alors oui, il y a un intérêt marqué et il tient à nous tous de le cultiver.  

L’Ontario pourrait être le premier à adopter le Equity Crowdfund. D’autres provinces non loin derrière. Nous ne voulons pas voir notre pays divisé sur ce plan et courir le risque de voir, encore, nos entrepreneurs se diriger là où les modes de financement sont  les plus accessibles.

Si vous souhaitez voir l’adoption du Equity Crowdfunding au Québec, nous vous invitons à faire équipe avec nous. Merci.

Twitter Feed de l’événement Technicity:
29 Nov ‏@Yazziness #technicity Government should propose tax incentive to #Crowdfundinvestors as in UK. Agreed.
29 Nov@Yazziness #technicity Banks will see invest #crowdfunding as a wonderful opportunity, to meet entrepreneurs early on in their life cycle – Peter Aceto
29 NovBrian Jackson ‏@brianjjackson Darren saw a supply/demand problem in the UK of too many businesses looking for capital, not enough angels. Sounds familiar#technicity Retweeted by Diana
29 Nov@Yazziness @TechnicityTO how banks can get involved in invest #crowdfundingPeter Aceto @ingdirect speaking
29 Nov ‏@Yazziness #technicity shares b for crowd, shares a for accredited.@Crowdcube
29 Nov ‏@Yazziness #technicity Little due diligence. ID checks and money-laundering checks done for every business @crowdcheck
29 Nov ‏@Yazziness#technicity @Crowdcube crowd funded their business. 300k pounds raised. 160 investors
29 Nov@Yazziness#technicity average investment 1800 pounds. 31 successful deals in 18 months. Total funds raised 4.2 m pounds #crowdcube
29 Nov‏@Yazziness #technicity Investor survey: financial return is not the main motivator for invest #crowdfunding. Supporting SMEs is. – Crowdcube CEO
29 Nov@Yazzines#technicity Strong vetting process @crowdcube – 25% acceptance rate invest #crowdfunding

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s