Invest Crowdfund Québec

Pour l'adoption d'Invest Crowdfunding au Québec | For the adoption of Invest Crowdfunding in Quebec


Leave a comment

L’événement Technicity: L’Ontario vise l’adoption de l’Equity Crowdfunding. Et le Québec?

 
Screen Shot 2012-12-03 at 7.35.35 AML’Ontario vise l’adoption de l’Equity CrowdFunding

Le Ministre ontarien du développement économique et de l’innovation, Brad Duguid, était l’invité d’honneur à Technicity, la première conférence sur l’Equity CrowdFunding, en Ontario. Le ministre Duguid a tenu des propos sur les bénéfices attendus de ce mode de financement pour les entrepreneurs et dit qu’une fois que la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario en aura terminé l’examen, le gouvernement provincial envisagerait les moyens pour mettre en place ces changements. La qualité des orateurs, du panel et de l’organisation et plus important, les conclusions que je vais développer plus loin, ont fait de cette matinée l’événement marquant de 2012.

Cet événement était une rare occasion pour moi de retrouver les autres membres d’Invest CrowdFund Canada (ICC) : Dr. Cindy Gordon, Président du CA d’ICC et PDG d’Helix Commerce Intl, Fawn Annan VP pour l’Ontario and PDG de IT World Canada, Andrew Weir VP Communications nationales, Debra Chander VP Marketing national, et Barry Gander,  co-fondateur de i-Canada. Cela fut aussi l’occasion fortuite de rencontrer  Craig Asano, Directeur exécutif de National Crowdfunding Association of Canada, avec qui j’avais échangé des mails les semaines précédentes.

Une salle comble : l’Equity Crowdfunding prend son envol.

L’écosystème Canadien dans son ensemble était présent et l’excitation palpable. Lorsque Darren Westlake, co-fondateur de CrowdCube, la plateforme d’ Equity Crowdfunding Anglaise, prit la parole, nous avions beaucoup d’attentes et n’avons pas été déçus. Darren a passé en revue tout le processus d’un business fondé sur l’Equity Crowdfunding, en fournissant les indicateurs clés et nous a donné une vision de ce qui nous attend sur les sites Equity. Je tweetais en écoutant afin que toutes les provinces puissent tirer parti des leçons apprises, y voir les opportunités et plus important encore, réaliser que nous partageons le même objectif : démocratiser l’investissement pour combler le fossé financier actuel et attiser l’innovation.

Le discours d’ouverture a été suivi d’une table ronde composée d’acteurs influents dans les technologies, la règlementation, le secteur banquier et le capital de risque : PDG d’ING Canada, Peter Aceto, fondateur de Stratus Capital et directeur duToronto Angel Group, Dr. Richard Reiner; fondateur de Social Venture Exchange, Adam Spence et Dr. Cindy Gordon, animatrice de la session. Le mot d’ordre de cette discussion tournait autour des initiatives ontariennes pour requinquer l’innovation et des mesures spécifiques au Canada qui pourraient être mises places telles que des crédits d’impôt pour les entreprises financées par ce mode.

Le point culminant de cette matinée était le dialogue organisé en groupes, modéré par le Président du CA du Exempt Market Dealers Association, Brian Koscak. En somme, chacune des tables se voyait assignée trois questions à débattre en petit groupe et dont les réponses furent présentées en plénière. Notre groupe avait pour questions: les émetteurs d’action devraient-ils être soumis à un seuil de financement annuel ? Les investisseurs devraient-ils être soumis à un minimum et à un maximum d’offre ? Les actions émises devraient-elles être limitées au crowdfunding par actions uniquement ou au financement par actions et prêt ? Cette séance plénière a donné lieu à de discussions animées et des opinions divergentes. Et c’est attendu. C’est d’ailleurs ainsi que le changement vient à s’opérer. La valeur de ces séances ne résident pas tant dans les bonnes réponses mais dans la formulation des bonnes questions qui nous ont été proposées, compte tenu du grand nombre de professionnels intéréssés et engagés.

La motivation principale pour les investisseurs en Equity Crowdfunding? 

Un enseignement que je retiens de cette matinée et que j’ai déjà mis de l’avant dans un billet, est que le equity crowdfunding n’est pas réservé à un groupe sélect mais à tous. Et de le confiner à la sphère financière ou règlementaire serait une erreur. Bien évidemment, ce modèle adresse les enjeux financiers et règlementaires, e.i. combien un investisseur pourra-t-il contribuer ? Combien de fonds une entreprise pourra-t-elle lever ? Il s’intéresse également à la croissance économique d’une région, d’une ville et son taux d’innovation, e.i. l’investissement dans une entreprise pour des raisons autres que financières. Darren met le doigt dessus lorsqu’il dit que

le ROI n’est pas le principal motivateur…c’est  le soutien aux PME.

car plus souvent qu’autrement, vous ne verrez pas de ROI à la façon capital de risque (<5 ans) mais le retour sera votre contribution à l’économie locale et la création d’emplois, en accompagnant les PME de votre région, votre ville, votre quartier. Et comme Darren le mentionne, ces PME finissent pas voir leur valeur augmenter, intéressant par la même occasion d’autres types d’investisseurs. C’est gagnant-gagnant au bout du compte.

Pourquoi accélérer l’adoption du Equity Crowdfunding au Québec?

D’une part, les entreprises en démarrage continuent de quitter le Québec pour des meilleures conditions (financières). Le « love money » ou les moyens propres ne sont PAS à la portée de tous les entrepreneurs. Certains maintiennent leur emploi et montent leur start-up en dehors des heures, ce qui n’est pas sans dommages collatéraux.  Et même ceux qui réussissent avec l’aide de leurs proches, finissent éventuellement par devoir aller chercher plus de financement ailleurs pour accompagner la croissance de leurs activités et de leur base clients. Les anges investisseurs et les capitaux de risque apportent du financement à la mesure de leur fonds. Par conséquent, une “foule” d’entrepreneurs prometteurs sont en mal de fonds et finissent par déserter le navire (50% des PME ont une durée de vie de moins de 5 ans).

Alors je vous demande : comment ne pas envisager l’Equity Crowdfunding? Ne serait-il pas grand temps de le mettre à l’agenda public ? Tout comme en Ontario, le Equity CF devrait devenir l’enjeu de tous : la Première Ministre, le Ministère du développement économique, le Ministère des petites entreprises, les PME, les entreprises en démarrage, les Anges, les VC, les associations d’affaires, les exempt market dealers, les agences réglementaires, les stratèges, les experts en réseaux sociaux, les experts TI, les avocats en valeurs mobilières, le milieu universitaire, les investisseurs individuels, Julie, Marc, M et Mme Tremblay, et les futures générations.

Pouquoi « attendons voir » alors que le marché nous envoie clairement des signaux forts que le Equity Crowdfunding fait ses preuves? Les opposants peuvent rétorquer « bien sûr, ça marche en Australie ou en Angleterre, mais ça n’ira pas ici » ou « c’est un modèle qui fera du tort aux VC » ou « Personne ici ne sait ce qu’est le Equity CF. Attendons. » Je suis partisane du dialogue entre les parties-prenantes et j’estime qu’au lieu de spéculer entre nous, nous devrions créer une arène publique ouverte. Notre blog est l’une de ces arènes qui accueille vos questions, vos préoccupations, vos suggestions. Mon intervention lundi dernier à Crowdfund Night, en est une autre et les participants avaient vraisemblablement réfléchi à ce modèle si je me fie aux questions qui m’étaient posées. Alors oui, il y a un intérêt marqué et il tient à nous tous de le cultiver.  

L’Ontario pourrait être le premier à adopter le Equity Crowdfund. D’autres provinces non loin derrière. Nous ne voulons pas voir notre pays divisé sur ce plan et courir le risque de voir, encore, nos entrepreneurs se diriger là où les modes de financement sont  les plus accessibles.

Si vous souhaitez voir l’adoption du Equity Crowdfunding au Québec, nous vous invitons à faire équipe avec nous. Merci.

Twitter Feed de l’événement Technicity:
29 Nov ‏@Yazziness #technicity Government should propose tax incentive to #Crowdfundinvestors as in UK. Agreed.
29 Nov@Yazziness #technicity Banks will see invest #crowdfunding as a wonderful opportunity, to meet entrepreneurs early on in their life cycle – Peter Aceto
29 NovBrian Jackson ‏@brianjjackson Darren saw a supply/demand problem in the UK of too many businesses looking for capital, not enough angels. Sounds familiar#technicity Retweeted by Diana
29 Nov@Yazziness @TechnicityTO how banks can get involved in invest #crowdfundingPeter Aceto @ingdirect speaking
29 Nov ‏@Yazziness #technicity shares b for crowd, shares a for accredited.@Crowdcube
29 Nov ‏@Yazziness #technicity Little due diligence. ID checks and money-laundering checks done for every business @crowdcheck
29 Nov ‏@Yazziness#technicity @Crowdcube crowd funded their business. 300k pounds raised. 160 investors
29 Nov@Yazziness#technicity average investment 1800 pounds. 31 successful deals in 18 months. Total funds raised 4.2 m pounds #crowdcube
29 Nov‏@Yazziness #technicity Investor survey: financial return is not the main motivator for invest #crowdfunding. Supporting SMEs is. – Crowdcube CEO
29 Nov@Yazzines#technicity Strong vetting process @crowdcube – 25% acceptance rate invest #crowdfunding

Advertisements


Leave a comment

Article : Le Québec invité à autoriser le financement par l’internet (La Presse)

Et pour cause. Le modèle de financement qui permettra aux entreprises privées (non cotées en bourse) de financer leurs activités en proposant aux investisseurs individuels d’acheter des parts sur Internet est le maillon manquant de la chaîne. En offrant une telle solution aux entreprises en quête d’un financement relativement modeste, mais trop important pour solliciter uniquement la famille et les amis, le Québec et les autres provinces canadiennes contribueraient à relancer la création d’entreprises au pays.

Cet article résume les objectifs que s’est fixé Invest Crowdfund Québec au même titre que les autres provinces canadiennes : permettre la création d’une plateforme web de financement d’équité, régler un cadre assurant la transparence des entreprises et adapter les règles de protection des petits investisseurs à l’ère internet.

http://techno.lapresse.ca/nouvelles/internet/201211/26/01-4597559-quebec-invite-a-autoriser-le-financement-par-linternet.php, 

Par Alain McKenna, La Presse, 26 novembre 2012 

 


Leave a comment

Remettre le Québec sur la carte numérique: on en parle

A l’occasion d’une rencontre de presse pour l’adoption d’un Plan numérique pour le Québec, une poignée d’influenceurs du Web – les treize étonnés – ont laissé savoir leur étonnement face au ralentissement du Québec dans les technologies et l’innovation. Leut rapport d’étonnement illustre le rôle que pourrait revêtir le numérique dans le développement de notre société, et je cite:

  • Soutien à la gouvernance : le numérique permettant à la fois une production et une diffusion des informations gouvernementales.
  • Soutien à l’économie : le numérique permettant une plus grande présence québécoise sur le Web.
  • Soutien aux citoyens : le numérique permettant une meilleure participation à la société.
  • Soutien aux infrastructures : le numérique permettant de développer une multi plateforme de nouvelle génération permettant de réduire la fracture numérique.

En bref, une invitation au dialogue avec les instances gouvernementales pour remettre le numérique sur l’agenda.

Ces constats viennent renforcer notre position à Invest Crowdfund Quebec, qu’il faille adopter le modèle de “Invest Crowdfunding” (financement participatif pour investisseurs) prouvé efficace ailleurs dans le monde (voir mon billet Démocratisons le financement ensemble) pour déclencher un nouveau cycle de croissance, encourager les entreprises à demeurer au Québec et attirer les investisseurs étrangers comme le souhaite la Première Ministre Mme Marois. Le Invest Crowdfunding en bref, consiste à offrir une plateforme web qui inviterait les investisseurs individuels à acheter des parts dans une entreprise locale dont le produit ou service répond au besoin du marché.

Nous nous sommes assis avec l’Autorité des Marchés Financiers en septembre pour leur expliquer d’une part l’état d’urgence (l’écart de financement, l’exode des entreprises talentueuses) et d’autre part leur proposer de travailler ensemble afin de créer un “framework” qui puisse à la fois assurer la protection des investisseurs et stimuler le développement de nos entreprises. D’autres provinces comme le Nouveau-Brunswick ont embrayé le pas. En effet, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick organisera une plénière autour du Invest Crowdfunding le 27 novembre car “nous voulons prendre une longueur d’avance sur le reste du Canada“.  Je vous dirai que là n’est pas la question car au bout du compte, toutes les provinces devront signer un accord de Invest Crowdfund pour que ce soit adopté au niveau national.

La première étape pour nous, ici au Québec, et je m’en aperçois au fil des rencontres et des présentations, est d’informer et d’éduquer avec des exemples concrets à l’appui car beaucoup ne connaissent pas ce modèle parfois confondu avec le modèle kickstarter ou indiegogo. La comparaison des modèles fera l’objet d’un autre billet mais vous pouvez déjà consulter l’excellente étude publiée par le FMC au mois d’août.

Ainsi nous lançons un appel à tous ceux qui ont un avis sur le modèle de Invest Crowdfunding, de vous prononcer en commençant par une Déclaration comme l’ont fait Chris Arsenault, Michelle Blanc, Michel Chioni (voir les commentaires), car ensemble nous réussirons à le placer à l’ordre du jour. Merci.

 


1 Comment

Les Montréalais sont-ils “pour” le Invest Crowdfunding?

Les Montréalais sont-ils “pour” le Invest Crowdfunding?

VC TV leur a demandé…

C’est à l’occasion de l’édition spéciale “Invest Crowdfunding” organisée par Montreal New Tech au mois d’octobre, qui a permis à 3 start-ups engagés dans ce domaine de pitcher à une audience d’environ 200 personnes de tous horizons: les entreprises en démarrage, les investisseurs, les organismes règlementaires, les plateformes de crowdfunding, les grandes entreprises, les stratèges, les relations publiques, les médias…

Diana Yazidjian de Invest Crowdfund Québec a fait un tour d’horizon du financement participatif pour investisseurs pratiqué ailleurs dans le monde, donné quelques chiffres sur l’écart de financement au Québec et invité tous un chacun à signer la pétition électronique pour son adoption.


2 Comments

Are Montrealers “for” the Adoption of Invest Crowfunding?

Are Montrealers “for” the Adoption of Invest Crowfunding? 

Check it out…

Montreal New Tech organized a special Invest Crowdfunding edition this past October, featuring start-ups engaged in that area. The event gathered nearly 200 people. Start-ups, VCs, policy-makers, crowdfunding platform providers, large corporations, strategists, PR, media, …

Diana Yazidjian of Invest Crowdfund Quebec presented the landscape of Invest Crowdfunding practiced in other parts of the world, the financial gap in Quebec and concluded with a call-to-action to sign the petition


3 Comments

Démocratisons le financement ensemble

Invest Crowdfund Québec: une mise à jour

Quoi de neuf à Invest Crowdfund Québec ? En bref, l’équipe s’est agrandie, les données enrichies, les parties prenantes se sont montrées intéressées, notamment l’Autorité des marchés financiers (AMF) et nous avons tenu notre premier événement à Montreal New Tech aux côtés de Noah Redler, Start-up Canada. Voici un aperçu.

Actualité et Faits saillants

Notre groupe a démarré au mois de juin dernier. Il nous a fallu deux bons mois pour défricher le terrain :

–       colliger les bonnes pratiques de financement participatif pour investisseurs (FPI) la où il se pratique en toute légalité soit en Australie, en Angleterre et au Pays-Bas pour ne nommer que ceux-ci.

–        Obtenir des retours d’expérience des fondateurs de plateformes de FPI (ASSOB, Crowdcube, etc..) qui connaissent une croissance importante et leur poser les questions dures autour de la responsabilité corporative, de la diligence raisonnable et la prévention des pratiques frauduleuses

Le Québec se doit de regarder ce nouveau modèle d’autant plus aujourd’hui que l’indice d’innovation est en baisse et que nous observons l’exode de start-up ou d’entrepreneurs  vers des horizons meilleurs.

Nous sommes à l’écoute des signaux du marche et des enjeux soulevés par l’écosystème  La prévention de la fraude en fait partie et pour cause, le FPI n’est pas sans risque. Il nous incombe donc d’obtenir une compréhension complète,  à savoir comment ce modèle pourrait être mis en œuvre dans notre économie compte tenu de la juridiction.

L’expérience dicte que les pays pratiquant le FPI depuis plusieurs années, les investisseurs seraient moins exposes aux pratiques frauduleuses par rapport a d’autres mode de financement. Nous estimons que la quantité, la qualité et l’accessibilité de l’information véhiculée sur les réseaux sociaux contribueront a plus de transparence et veilleront davantage sur la protection des investisseurs.  En effet, les fondateurs de plateformes FPI avec qui nous nous sommes entretenus exigent de leurs “clients” (les entreprises à la recherche d’investisseurs) qu’elles produisent des états financiers, des prévisions et autres documents vérifiant leur viabilité, qu’ils interagissent avec les investisseurs potentiels (fils de discussion, chat). Ayant consulte certaines de ces interactions, j’avancerai que les entreprises, toutes tailles et secteurs confondus, qui s’inscrivent sur ces plateformes savent qu’elles devront répondre aux questions pointilleuses des investisseurs potentiels (voir capture d’écran). Le pitch ne s’arrête donc pas à la vidéo de présentation.

Ceci dit, dans cet exemple, Optimum Technologies, une entreprise en biotechnologie, répond aux questions d’investisseurs aguerris de toute évidence.

Ces investisseurs “experts” sont libres de s’enquérir sur tous les aspects de l’entreprise, les brevets déposés, la structure organisationnelle, etc.… tel qu’illustre ci-contre.

Le FPI pourrait tout aussi bien se prêter aux autres industries, e.i. le commerce ou les services.  Prenons Maggie and Rose. Cette entreprise bâtie de toute main, qui offre des services complets au famille de type “club” est en activité depuis 5 ans, affiche un revenu exponentiel a opte pour le FPI pour accroitre sa présence et ouvrir de nouveaux points de vente. Elle a recrute 14 investisseurs a ce jour. Le cas inspirant de Maggie nous renvoie l’ascenseur. Pourquoi ne ferions-nous pas autant ici au Québec où les PME (<100 employés)  représentent 95% des entreprises ?

L’équipe ICC-Q s’agrandît

 L’équipe ICC-Quebec regroupe des professionnel chevronnés, reconnus de leurs pairs, et investis d’une mission commune: promouvoir le FPI et engager la communauté. Ainsi depuis deux mois, nous allons à la rencontre des membres de l’écosystème local et international – investisseurs institutionnels, entreprises en démarrage, PME, corporations, consultants, chercheurs académiques, associations – pour recueillir les avis, évangéliser, provoquer le changement dans les plus hautes sphères.

Nous bénéficions également du support continu de Dr. Cindy Gordon,, Leader national d’Invest Crowdfund Canada, Me Andrea Johnson pour ses conseils avisés du point de vue légal,  Sherwood Neiss, le parrain du JOBS Act, pour sa vision stratégique, et enfin Victoria Lennox, fondateur de StartupCanada qui vient de conclure  avec succès une tournée nationale de promotion des PME.

ICC-Q rencontre l’AMF: des débuts prometteurs

 L’Autorité des marchés financiers (AMF) est l’organisme mandaté par le gouvernement du Québec pour encadrer les marchés financiers québécois. Nous avons eu l’occasion de leur présenter notre mission, notre gouvernance et nos objectifs. L’équipe dédiée FPI de l’AMF s’y intéresse de près, compte tenu des réalités de notre marche: les limites des modes de financement, la proportion d’entreprises publiques en baisse. Nous espérons poursuivre cette réflexion avec l’AMF, ouvrir la règlementation actuelle et nous orienter vers une exemption pour les entreprises optant pour le FPI.

En somme, nous estimons que tout individu devrait avoir l’opportunité d’investir dans une entreprise qu’il juge prometteuse, que les entreprises, en mal de financement traditionnel, devraient avoir le choix de recruter des investisseurs en ligne. Nous vous demandons de montrer votre support en signant la pétition http://icanada.nu/crowdfunding/petition/petition-fr


1 Comment

Democratizing Investment: Join Us!

Investment Crowdfund Quebec: Work in Progress

What have we been up to at Invest Crowdfund Quebec? Keeping busy in many ways: putting together nuggets of business intelligence, building our team, engaging our stakeholders, notably the Montreal Securities Commission, the Autorité des marchés financiers (AMF) and speaking Invest Crowdfunding. Our latest event: Montreal New Tech tomorrow, October 2, along side Noah Redler, Start-up Canada. Here’s a preview.

Our Findings and Assumptions

– August and September were a learning curve for us. Collecting best practices from across the globe, AustraliaUK and the Netherlands to name a few, where Invest Crowdfunding platforms  (ASSOB, Crowdcube, etc..) have been growing at a frenetic pace. Engaging with their respective CEOs and asking them hard questions regarding due diligence, corporate responsibility and fraud prevention

Quebec needs to look at this new model even more so today as our innovation index is falling steadily and businesses are fleeing to outside markets where investment opportunities are more diversified.

We are paying attention to market signals and stakeholders’ issues. Fraud prevention is at the top of the list. Because Invest Crowdfunding (ICF) is not immune to risk and we, as advocates, need to get a comprehensive view of how ICF can work for us in our ecosystem within our legislative jurisdiction.

Experience shows that in other countries where ICF has been operating for years , crowdfunding may be less susceptible to fraud than other investment channels. We believe that the quantity, quality and accessibility of information through social networks will enhance transparency and protection for the investors. In fact, the ICF platforms we’ve engaged with expect from investment-seeking businesses that they provide company statements, forecasts and the like, and that they engage with potential investors through Q&A and chats. Having read some of their material, it’s safe to say that these businesses enter the ICF model prepared for all the tough questions from potential investors (see screen shots).

This said, in this example, Optimum Technologies, a biotechnology company, potential investors asking questions seem well informed, not to say experts.

These “specialized” investors may inquire on patents pending, the governance structure, etc…as seen below.

We envision ICF also designed for “softer” industries, i.e. retail and service. My top pick is Maggie and Rose, a Family Members Club based in Kensington (London) in business for the last 5 years, showing a great track record and who has recruited 14 investors so far. These stories are truly inspirational and I see this as a new haven for SMEs (<100 employees) which represent 95% of the Quebec business landscape.

Building the Team to Lead ICF in Quebec

New developments have seen the day thanks to hard work from the Quebec team and the other provinces. To name one, Tony Arias, VP ICC for British Columbia has launched the Healthy Crowfunder portal and is educating on Equity Crowdfunding in different ways through media and blogging.

Our Quebec team has been actively engaging with the community – start-ups, legal, policymakers, VCs, strategists, Crowdfunding platforms – and meeting with experts across the world. If there’s one thing I’ve learnt through the course of my professional life, it’s the collaborative force of many that drives progress and triggers change.

Our team has expanded and is made up talented, go-getter individuals with the ongoing support of National Chair of Invest Crowdfund Canada, Cindy Gordon, National Legal Advisory, Andrea JohnsonSherwood Neiss, the instigator of the JOBS Act, for his strategic vision, and Victoria Lennox, founder of StartupCanada who’s been doing a fabulous job on promoting the startup ecosystem across the country.

We believe that every change affecting the economy can only succceed with cohesion. Stakeholder engagement in the conversation is key.

 Meeting with our Securities Commission: A step in the right direction

The Autorité des marchés financiers (AMF) is the body mandated by the government of Québec to regulate the province’s financial markets. They met with us to know more about our advocacy group. The AMF team is showing great interest in ICF as they recognize the financing gap widening in Quebec and companies going public on the decline. We are hoping to go further, open the current regulation and move toward an invest crowdfunding exemption.

Putting equity into crowdfunding is from an abstract viewpoint an extraordinary idea, a “why didnt we think of this before?’ idea. But then comes the part where you need to sit down, and think, think hard of the implications, the ins and outs, the “what-if” scenarios and there are plenty. And I must say that meeting with the securities commission was the right trigger. Our prep work made us realize that, albeit the many unknowns, we are missing out on an opportunity for economic growth if we do not pursue this effort.

Bottom line, we believe that every individual should have the opportunity to access capital. Please show your support by e-signing the petition http://icanada.nu/crowdfunding/petition/ . The more signatures we gather for the legalization of Invest Crowdfunding, the more Government will …pay…attention!